Actualités

FAImaison héberge gozdata

jeudi 6 octobre 2016

Logo de gozmail

Gozdata est une association à but non lucratif basée à Rennes. Elle a pour but la reprise de contrôle de ses données sur Internet. Depuis le 14 juillet 2016, un de ses deux serveurs est fièrement hébergé à Rezé, par FAImaison.

Serveur de gozmail
Faut le savoir, mais le serveur de gozmail est le thinkpad tout en haut, sous les serveurs

Dans ce sens, gozdata propose à travers gozmail d'héberger votre boite mail personelle ou vos listes de diffusion (perso, associatives…). Est aussi proposé l’hébergement de blogs basé sur wordpress. Ces services sont accessibles à tout le monde, aucune compétence technique n’est requise.

Les buts sont très proches de ceux de FAImaison : il s’agit d’une reprise de contrôle de sa vie numérique. Ce n’est que l’angle d’attaque qui est différent : FAImaison propose des tuyaux Internet et de l'hébergement de serveurs là où gozdata propose des services Internet « clef en main ». Les deux associations sont donc très complémentaires. D’ailleurs, gozdata est également hébergé dans la baie de grifon, l’équivalent rennais de FAImaison.

Dans une démarche très similaire, nous retrouvons framasoft et son initiative des CHATONS. Ainsi, cela permet à FAImaison de contribuer encore un peu plus à un Internet ouvert et a-centré.

Aussi, dans la lignée du bio dans le milieu alimentaire, gozdata ne travaille qu’avec des logiciels libres et ne revend pas vos données, ni à des publicitaires ni à qui que ce soit. Par contre, il faut quand même que l’association vive, ainsi une adhésion à partir de 9 € par ans (soit moins d’un euro par mois) est recommandée.

Comme nous faisons dans le local, il est possible de rencontrer l’équipe de gozmail tous les premiers mardis du mois au pub du Westport’inn à Rennes. Même si les services sont sur Internet, rien ne vaut une vraie rencontre et une bonne bière. Il est également possible de prendre contact en envoyant un mail à admin@gozmail.bzh.

Projection du film "Les nouveaux loups du web" au ciména Le Cep à Vallet le 28 avril

lundi 25 avril 2016

Dans le cadre du festival Entre ciel et terre, le cinéma Le Cep de Vallet organise une projection du film documentaire Les nouveaux loups du web jeudi 28 avril, à 20h30.

Ce film s'intéresse aux conditions d'utilisation des sites web ; Vous savez, cette case que l'on coche la plupart du temps sans lire ce que vont devenir nos données personnelles une fois en ligne.

À cette occasion, l'association FAImaison est invitée pour participer à un échange après la projection, en compagnie également de Robert Chalumeau, expert en réseaux sociaux.

N'hésitez pas à faire le déplacement pour venir voir le film et échanger autour de la question des données personnelles sur Internet.

En savoir plus

FAImaison s'installe en datacenter à Rezé et devient opérateur IP

jeudi 28 janvier 2016

Ça bouge chez FAImaison ! L'association s'installe dans une salle serveur à Rezé, chez l'opérateur et hébergeur nantais Host.

Outre les services que cela ouvre aux adhérents, cette démarche participe aux objectifs portés par l'association d'un réseau décentralisé et d'une infrastructure locale et maîtrisée.

Enfin, cette installation Do-It-Yourself est l'occasion pour nombre d'entre nous d'en apprendre davantage concernant le matériel, les différents logiciels et protocoles utilisés ou encore le marché des télécoms.

Les bénévoles s'activent (ou pas) au datacenter

→ L'installation en images.

Datacenter ?

C'est une salle serveur, avec une alimentation électrique redondée et un accès sécurisé1. Plusieurs opérateurs y sont présents2, cela permet à FAImaison d'héberger ses machines ainsi que celles de ses adhérents et de les raccorder à internet (100Mbps, en envoi comme en réception).

FAImaison loue un quart de baie3, soit 10 emplacements rackables (on parle de « 10 U »).

Des bénévoles configurent les machines dans le quart de baie de l'association

Entendons nous bien, un quart de baie, c'est un petit placard assez moche avec de l'électricité et du réseau.

Opérateur IP ?

FAImaison a besoin d'attribuer des adresses IP publiques aux machines et services hébergées dans ce quart de baie. Notre LIR, la coopérative OpDop, a effectué les démarches administratives pour nous réserver un bloc de 255 adresses IPv4 et 5x10²⁷ adresses IPv6.

FAImaison devient par le même coup un des réseaux qui composent internet appelés systèmes autonomes ; cela nous donne la latitude de nous interconnecter avec différents transitaires et de réaliser des interconnexions directes (peerings) avec certains opérateurs « à portée de câble ».

→ Plus d'infos sur les interconnexions entres opérateurs IP (wiki Rhizome)

Nouveaux services proposés aux adhérents

Le but est de fournir différents services aux adhérent-e-s. Certains sont déjà opérationnels et peuvent être souscrits dès maintenant :

D'autres services sont en cours de préparation par l'équipe adminsys de choc ;-)

  • hébergement redondé de machines virtuelles, éventuellement chiffrées
  • Accès VPN (par exemple pour la brique internet)
  • Tout ce que les adhérents souhaiteront monter et maintenir

Ces services sont proposés à prix libre. Rendez-vous sur la page services pour plus d'informations.

Nous avons également l'honneur d'accueillir les machines de l'association Goleaks. D'ailleurs, c'est le moment de les aider ; à vot'bon cœur !

Merci !

(par ordre aléatoire)

  • À nous (eh oui), l'équipe bénévole de FAImaison qui a su se mobiliser collectivement sur tous les aspects de ce beau chantier
  • À l'équipe de Host pour l'accueil et le suivi
  • À Nantes Métropole pour la subvention perçue au titre de l'appel à projet ESS, le coup de pouce qu'il nous fallait pour investir dans du matériel
  • À Alis44 qui nous a fait don de divers matériels récupérés (switch, câbles…)
  • À Grenode, qui nous a donné estran son ancien routeur, qui coule désormais des jours paisibles sous le nom de zephyr.
  • À de nombreux membres des associations de la FFDN pour leurs conseils avisés
  • À lulu d'OpDop pour les démarches administratives et le wikilulu, fort utile pour comprendre le RIPE et communiquer avec ce dernier.

La suite ?

Dans une optique de résilience et de décentralisation, FAImaison souhaiterait s'interconnecter (peering) localement avec d'autres opérateurs réseau, et disposer de plusieurs transitaires, notamment pour pouvoir communiquer en IPv6.

Cela pourrait se faire au travers du jeune point d'échange local OuestIX.

Cette infrastructure en propre répond également à un besoin pour les chantiers d'accès internet en wifi de Cholet, Nantes Bottière, Chéméré, et Nantes St-Félix. Il est également envisagé de faire un départ radio depuis le datacenter lui-même.

Ce début d'infrastructure est un outil pour les envies et besoins des adhérents , actuels et à venir, n'hésitez pas à nous rejoindre !

Le quart de baie, est déjà bien rempli


  1. L'entrée est protégée par badge et code, et le quart de baie lui-même nécessite une clef pour être ouverte. 

  2. Lorsque plusieurs opérateurs sont présents dans une salle, et ouverts à l'interconnexion, on parle même de POP 

  3. L'espace d'un datacenter est découpé en baies, chaque baie pouvant contenir 42 machines d'un format spécial (dit "rackable"). Un quart de baie occupe un quart de la hateur d'une baie et est protégé par ses propres serrures. 

Quadr'apéro Campagne 2015

lundi 2 novembre 2015

Ce mercredi (4 novembre 2015), à 19h au bar Livresse se déroulera un Quadr'Apéro pour le lancement de la campagne 2015 de soutien à La Quadrature du Net.

D'autres Quadr'Apéro auront lieu simultanement dans d'autre villes de France.

Un Quadr'Apéro c'est un moment privilégié pour échanger sur différents thèmes et sur les actions de La Quadrature du net.
Que vous connaissiez l'association, que vous souhaitiez la découvrir, vous êtes les bienvenus.

Voici les thèmes qui seront abordés, entre autres :

  • La neutralité du net
  • Les actualités de LQDN
  • Bilan 2015

Pour les curieux·ses, il devrait y avoir quelques partageBox sur place, amenez vos disques durs et vos laptops.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter le wiki de la Quadrature du Net

Le bar Livresse se trouve au 9 de la rue de l'hôtel de ville à Nantes :

Bar Livresse, à Nantes Cliquez pour ouvrir la carte

Pour l'Opération libre, Chéméré découvre le haut débit avec FAImaison

dimanche 27 septembre 2015

Dans la ville de Chéméré, entre Nantes et Pornic se déroule les 26 et 27 septembre l'Opération libre. C'est une initiative visant à publier sous licence libre diverses données sur la commune : contributions cartographiques sur OpenStreetMap, données issues des conseils municipaux, numérisation de photographies et cartes postales anciennes, prise de photographies aériennes par drone, etc. Le but ultime est d'encourager l'appropriation et la participation à la vie de la commune.

FAImaison y prend part en installant un accès à internet à haut débit sur les lieux de l'évènement. L'association montre ainsi qu'une approche participative est possible pour créer un accès à internet permettant les pratiques modernes, sans être soumis au bon vouloir des opérateurs majoritaires. Par la même occasion, FAImaison apporte à la commune un débit dont celle-ci n'a jusqu'ici jamais profité.

Un débit décent nécessaire pour l'Opération libre

Plus de cinquante personnes se regroupent pendant ce weekend durant lequel une bonne proportion des présents utilise simultanément le réseau.

De plus, l'objectif de l'évènement est la production et la mise en ligne de données libres, ce qui indique déjà à quel point un débit correct est essentiel. Certaines données sont en outre demandeuses de bande passante pour être transférées dans un temps raisonnable, comme de nombreuses photographies en haute qualité prises dans la ville.

Le bon déroulement de l'évènement dépend donc du débit disponible, à la fois montant comme descendant. Celui-ci est essentiel au partage et à la publication des contributions.

Une desserte ADSL insuffisante

Chéméré bénéficie de connectivité ADSL à un débit moyen. Un test d'éligibilité donne en effet un débit théorique descendant maximal d'environ 9 Mb/s à la mairie. Un test effectif de bande passante au restaurant où se déroulent les ateliers d'Opération libre ne donne que 3 Mb/s.

Ces chiffres s'expliquent par le fait que les lignes téléphoniques de la commune sont reliées à un nœud de raccordement (NRA) situé à plusieurs kilomètres de là, dans la ville voisine d'Arthon-en-Retz.

En outre, l'ADSL ne permet pas de dépasser 1 Mb/s en débit montant.

La situation est donc précaire et handicapante pour le déroulement de l'Opération libre : lors de la préparation de l'évènement, il a vite été question de chercher à faire mieux.

FAImaison met en place une desserte appropriée

FAImaison a mis en place un accès à internet à un débit symétrique d'environ 30 Mb/s grâce à une liaison sans fil de 13 km entre le clocher de l'église de Chéméré et le toit de l'opérateur Alphalink situé à Pornic.

Localement, les lieux de l'Opération libre ont été desservis avec ce lien : le restaurant « Le relai de Chéméré » où se déroule la plupart des ateliers thématiques, la mairie où travaille l'équipe Wikimedia et enfin le théâtre où se situent les restitutions communes de fin de journée.

Au final, les participants à Opération libre se partagent un accès plus approprié aux nécessités de l'évènement, quel que soit le lieu depuis lequel ils travaillent. Ces débits rendent possible un transfert rapide de tous types de contenus, notamment grâce à l'amélioration du débit montant particulièrement en phase avec la nature contributive de l'évènement.

Processus de réalisation

Fournir du haut débit revient à résoudre un problème : où trouver un point bien desservi et comment étendre cette desserte jusqu'au point voulu ? S'il est simple à formuler, il peut être complexe à résoudre.

Voici un petit topo des étapes de la réalisation de cette desserte.

Préparation : deux pistes envisagées

Connaissant le potentiel des technologies sans fil et leur faible coût, la réflexion s'est rapidement attelée à trouver un point bien desservi depuis lequel une ligne de vue directe existe avec un point central de Chéméré. Ces technologies exigent en effet qu'aucun obstacle conséquent ne soit présent entre deux antennes.

Comme il est plus facile de réaliser des liaisons hertziennes courtes, l'idée immédiate consistait à trouver une ligne ADSL ou VDSL2 proche du NRA d'Arthon-en-Retz, commune limitrophe de Chéméré. Dans le cas parfait, une ligne VDSL2 à proximité immédiate du NRA permet un débit descendant de 92 Mb/s et un débit montant de 36 Mb/s (chiffres annoncés par OVH). Ces chiffres décroissent cependant rapidement en s'éloignant du NRA et sont rarement atteignables en pratique. Réaliser une ouverture de ligne xDSL uniquement l'espace du weekend n'étant pas souhaité, il était nécessaire de trouver le contact de personnes vivant suffisamment à proximité du NRA et désireuses de mettre à disposition leur connexion pour le weekend.

Cette piste n'a pas été formellement éliminée, mais l'absence de contacts répondant à ces critères l'a de facto mise en suspend, laissant la place à d'autres idées.

Une autre piste a été explorée, basée sur la présence d'Alphalink à Pornic et le constat que la distance de 13 km les séparant de Chéméré est franchissable par une liaison sans fil.

Bonne surprise, le profil altimétrique sur ce tracé montre un relief favorable, c'est-à-dire deux extremités surélevées sans obstacle majeur les séparant :

Tracé approximatif du faisceau

Profil altimétrique

Après un accord de principe d'Alphalink pour nous laisser utiliser leur connexion à 40 Mb/s symétriques pendant le weekend, il fallait approfondir l'étude de faisabilité technique côté Chéméré.

Choix de points hauts à Chéméré

Un premier relevé de bâtiments et zones a priori intéressants de par leur situation et leur hauteur a été effectué, en les collectant de façon peu restrictive, d'abord en regardant simplement une carte comportant des indications d'altitude puis en allant sur place observer les points présélectionnés.

Être imaginatif et peu restrictif était important : si quelques points hauts pourraient être parfaits, des contraintes humaines ou règlementaires peuvent les rendre inaccessibles.

C'est ainsi que le sud-ouest de Chéméré, légèrement surélevé, a semblé à première vue être une zone intéressante, au vu des courbes de niveau :

Cartes schématique avec courbes de
niveaux

Enfin, outre l'évident clocher de l'église, des bâtiments tels que la salle municipale ou le théâtre pouvaient être envisageables moyennant le placement d'un mât.

Finalement, l'équipe municipale a organisé une visite du clocher en vue d'une éventuelle installation d'antenne, et il s'est avéré évident qu'un apport électrique en haut de celui-ci était aisé et que la vue semblait bien dégagée dans la direction souhaitée :

Vue depuis l'église et zone approximative à
viser

Il y avait malgré tout quelques difficultés en perspective : l'espace très restreint dans le clocher rendant difficile et acrobatique la circulation en son sein, et les abattants en bois bouchant en grande partie les ouvertures vers l'extérieur. Toutefois, ne pouvant espérer une vue extérieure aussi dégagée dans un autre lieu, c'est bien sur l'église que le dévolu a été jeté.

Choix du matériel

Le choix du matériel est important pour une liaison stable au débit correct. En se basant sur l'expérience et les conseils d'autres associations de la Fédération FDN, le choix s'est porté vers du matériel de marque Ubiquiti, en choisissant une paire d'antennes AirGrid d'une part pour le lien entre Pornic et Chéméré et un ensemble d'autres antennes NanoStation, plus petites, pour les liaisons de courte distance depuis l'église vers la mairie, le théâtre et le restaurant.

À noter que le toit d'Alphalink, à la fois en hauteur et sur la côte, a aussi influencé le choix vers des antennes à faible prise au vent au détriment d'antennes potentiellement plus puissantes mais à plus forte prise au vent.

Le matériel lors du
déballage

Premiers tests

Si les photographies et le profil altimétrique étaient encourageants, déterminer si le lien allait être fonctionnel ne pouvait être fait qu'avec un test réel.

L'antenne d'Alphalink ayant été fixée par leurs soins et pointée vers Chéméré, il était temps de pointer celle du clocher dans leur direction pour voir si elles recevaient le signal l'une de l'autre. Il était toutefois exclu de commencer de quelconques travaux de fixation dans le clocher avant d'avoir un niveau de certitude suffisant que le lien allait fonctionner.

L'antenne sur le toit
d'Alphalink

À califourchon sur l'axe de la plus haute cloche, en orientant approximativement l'antenne à la main, il a été possible d'obtenir un signal de très faible puissance. Résultat à la fois encourageant et un peu décevant : encourageant car cela semblait confirmer l'absence d'obstacle rédhibitoire sur le trajet du faisceau, mais décevant car un signal si faible ne permet pas d'atteindre un débit satisfaisant.

Pour aller un peu plus loin avant de se décider à fixer l'antenne, quelques abattants en bois ont été démontés pour tester à nouveau avec moins d'obstacles. Une amélioration du signal a été constatée immédiatement, montrant que de petites modifications peuvent avoir un impact significatif. Ceci a incité à effectivement fixer l'antenne pour régler d'autres détails permettant d'améliorer encore la qualité de la liaison : ajustement plus précis de l'orientation et sortie de l'antenne du clocher pour éviter complètement les bords du mur du clocher.

Mise en place du lien Pornic-Chéméré

Fixer l'antenne au clocher a été, de loin, la partie la plus complexe et la plus acrobatique. Sans accroche possible dans la pierre sur le mur extérieur, il fallait fixer un axe horizontal à l'intérieur et accrocher l'antenne à son extrémité, à l'extérieur. Deux points d'attache pour l'axe paraissaient envisageables : la structure métalique tenant les cloches ou la charpente en bois du clocher.

La structure métalique et la
charpente

La structure métalique est épaisse, difficile à percer et susceptible de vibrer lorsque les cloches sonnent. Le bois de la panne faîtière a donc été privilégié, d'autant plus que l'extrémité de celle-ci se situe juste au-dessus de l'ouverture la mieux orientée dans le clocher, permettant un placement de l'antenne à la plus haute position possible.

Le système de fixation de l'antenne vissé à la
panne

L'ouverture dans le clocher étant trop étroite pour faire sortir l'ensemble axe-antenne, il a fallu d'abord fixer et sortir l'axe puis placer l'antenne à son extrémité, à bout de bras. C'était l'étape la plus difficile physiquement tout en nécessitant une grande attention pour que l'antenne ne tombe pas du haut du clocher. Les tentatives pour agrandir l'ouverture en enlevant des abattants ont été infructueuses, ceux-ci résistant au maillet comme au pied-de-biche.

En train de fixer l'antenne au bout de son
axe

Une fois l'antenne fixée solidement, il était possible de la faire pivoter progressivement horizontalement et verticalement tout en étant en contact téléphonique avec Pornic et en suivant l'évolution des indicateurs de qualité de signal afin de trouver la meilleure orientation.

Le lien a été jugé satisfaisant à un niveau de signal d'environ -68dBm et des tests de débit sur le lien atteignant au maximum 40 Mb/s.

L'antenne au bout de son
axe

Mise en place de la desserte locale

La connectivité parvenant en premier lieu au clocher de l'église, les autres lieux ont été desservis avec des liaisons sans fil de courte portée depuis le clocher. La mairie comme le théâtre se situent chacun à quelques dizaines de mètres de l'église. Concernant le restaurant, un saut intermédiaire par le toit de l'entreprise Aqua Production a été réalisé.

Un commutateur réseau a été placé dans le clocher, reliant par câble l'ensemble des antennes y étant situées : l'antenne AirGrid vers Pornic et les NanoStation vers la mairie, le théâtre et Aqua Production.

Le toit d'Aqua Production a été équipé d'une paire d'antennes pour relayer le signal vers le restaurant : un court mât fiché dans un emplacement présent sur le toit a été suffisant, et de longs câbles pour alimenter les antennes.

Les NanoStations sur le toit d'Aqua
Production

Au restaurant la dernière antenne a été fixée à un pied de tabouret avec du ruban adhésif.

L'arrivée du réseau au
restaurant

Des points d'accès sans fil classiques ont finalement été placé dans chaque lieu. Le restaurant a aussi été équipé de commutateurs pour l'accès filaire de machines fixes mises à disposition par l'association Naga.

En amont, une étape de configuration de toutes les antennes a été nécessaire, sans difficulté technique majeure mais longue du fait de la répétitivité de la tâche : attribuer à chacune une adresse IP différente et paramétrer la configuration sans fil.

Coûts et temps humain

L'ensemble des antennes est revenu à environ 500€. Quelques câbles et éléments de fixation ont également été achetés pour environ 150€. Les déplacements les jours précédant l'évènement ont engendré des frais estimés à environ 100€.

Plus difficile à comptabiliser, beaucoup de matériel a été prêté par de nombreuses personnes pour l'évènement : câbles, rallonges, outils, etc.

Au total, la mise en place d'un lien à environ 30 Mb/s à Chéméré a été possible pour un coût avoisinnant 1000€. Si c'est une somme non négligeable pour un particulier, cela est très abordable à l'échelle d'une commune ou d'un collectif et peut inciter des communes attendant l'arrivée du haut débit depuis longtemps à s'intéresser à ce type de solutions, d'autant plus qu'elles sont rapides à mettre en place et non destructrices pour la voirie.

Le temps bénévole passé sur ce projet est conséquent : au moins deux membres de FAImaison ont été présents quatre à cinq heures par jour pendant les cinq jours précédant Opération libre. Le jour de la fixation dans le clocher, quatre bénévoles étaient présents toute la journée. Quelques réunions et visites de reconnaissance avaient aussi été effectuées avant cela.

L'indispensable réseau humain

Parvenir à une telle mise en place à un coût si faible est impossible sans de nombreuses bonnes volontés aptes à collaborer de façon fluide et efficace.

L'accord de principe fourni très tôt par Alphalink a été le déclencheur permettant de lancer l'initiative. Par la suite, les quelques personnes de l'entreprise motivées par le projet ont montré enthousiasme, réactivité et compétence : elles ont rapidement étudié la faisabilité du lien, conçu un dispositif de fixation et finalement assuré l'attribution d'adresses IP et le routage du trafic de et vers internet.

La commune de Chéméré et ses services techniques ont été des facilitateurs indispensables. Ils ont accordé une grande confiance à FAImaison en laissant les membres accéder librement au clocher de l'église pendant plusieurs jours et y faire des travaux. Ils ont aussi fourni aide et outils et ont aidé à établir le contact avec Aqua Production pour l'utilisation leur toit. Ici aussi, cette dernière a immédiatement donné son accord.

Un élu chéméréen travaillant au magasin Espace émeraude de Saint-Hilaire-de-Chaléons, ce dernier nous a permis de tester différents équipements de fixation dans le clocher et de ne conserver et payer que ceux effectivement utilisés.

Enfin, l'association organisatrice LiberTIC a permis les mises en relation initales, et les nombreux bénévoles participants ont fourni du matériel aidant à la finalisation des points d'accès dans les lieux desservis.

Globalement, l'attitude exceptionnellement constructive et enjouée de toutes les parties a été un facteur essentiel de réussite du projet et a engendré un travail collaboratif enthousiasmant et enrichissant. Cela montre également à quel point le réseau humain est un préalable essentiel à la création participative d'un réseau technique.

Pérennisation et avenir de l'internet à Chéméré

Après l'évènement, la question de la pérennisation de la desserte se pose, Chéméré n'ayant jusqu'ici jamais bénéficié d'un tel débit. La liaison étant fonctionnelle et testée, il existe de fait une opportunité d'en faire profiter à plus long terme des habitants de la commune dans des délais réduits.

En parallèle, Chéméré bénéficiera d'ici quelques mois du plan de montée en débit du Conseil départemental. Outre le fait que certains habitants peuvent apprécier d'être acteurs et maîtres de leur accès à internet via l'approche participative et militante de FAImaison, les deux solutions techniques doivent être vues comme complémentaires pour une bonne desserte du territoire.

Poursuivre dans cette direction nécessite la poursuite du travail collaboratif entre Chéméré, FAImaison et Alphalink, et des discussions et réflexions auront lieu dans les semaines qui viennent.

Allemagne : Freifunk Chemnitz fournit un accès internet aux réfugiés syriens

dimanche 13 septembre 2015

Autour de Chemnitz (Est de l'Allemagne), le collectif Freifunk aide les réfugiés syriens en installant des points d'accès à internet à proximité des camps d'accueil et montre ainsi comment adoucir concrètement la précarité de leur situation.

Leur billet à ce sujet est relayé ici en français en guise de coup de pouce, de telles initiatives méritant d'être soutenues ou créées pour que chacun puisse décemment prétendre aux droits les plus basiques. À Chemnitz, Nantes, Calais, Budapest et ailleurs, partager son temps, son argent ou ses compétences peut donner des résultats concrets. En 2014, FAImaison avait invité un bénévole de Freifunk Chemnitz pour une conférence présentant leur collectif.

Faute de ressources, FAImaison n'est pas engagée sur de tels projets dans son périmètre d'action, mais ses membres seront ravis de partager leur savoir et conseiller des personnes souhaitant s'investir. N'hésitez pas à contacter l'association.

Aider Freifunk Chemnitz peut se faire en donnant de l'argent, en envoyant du matériel (FAImaison peut conseiller) ou, pour ceux qui administrent des serveurs, en fournissant des nœuds de sortie au réseau Freifunk.

Billet initialement publié le 8 septembre, traduit de l'allemand par quelques bonnes volontés.

L'aide aux réfugiés par la pratique

Depuis hier, notre première installation est en ligne et permet de connecter un refuge au réseau sans fil de Freifunk. À ce stade, nous tenons à remercier tous les donateurs qui ont pris en charge le coût de l'installation via notre site BetterPlace en seulement deux jours.

Antennes
NanoStation

Nous avons installé quelques NanoStations (NDT : petites antennes sans fil) sur le toit d'un bâtiment proche du refuge, qui permettent de relayer la connectivité d'un nœud Freifunk existant. La société propriétaire de l'immeuble nous a accordé rapidement et efficacement la permission.

Un test rapide depuis le refuge nous a confirmé le bon fonctionnement de la connexion. Nous n'avons cependant pas eu l'autorisation d'installer des équipements à l'intérieur du refuge pour couvrir l'intégralité du lieu.

Immédiatement après l'installation, nous avons pris contact avec les réfugiés, et les avons informés de la possibilité de communiquer avec leurs proches : ils ont immédiatement exprimé leur gratitude. Dans le courant de la journée, les NanoStations ont enregistré plus de 500 sessions avec un pic à 30 appareils connectés simultanément.

Nous espérons pouvoir connecter au plus vite d'autres centres de réfugiés, qu'il s'agisse de refuges d'urgence ou bien de centres d'hébergements collectifs. Pour cela, nous avons besoin de davantage de dons pour acheter le matériel nécessaire.

Un projet de plateforme de fuitage anonyme pour l'ouest

vendredi 19 juin 2015

Un projet de plateforme en ligne pour aider au fuitage anonyme de documents (leaks) et dédiée au « Grand Ouest » a été annoncé le 18 juin lors de Pas sage en Seine à Paris (télécharger le support de présentation, voir la conférence) par Romain Ledroit et William de Coninck. Elle est nommée « GoLeaks ».

Du fait de la surveillance des réseaux, les communications des journalistes avec leurs sources contreviennent souvent à la Charte de Munich, en particulier sur le devoir de protection des sources, consacré par cette charte de déontologie des journalistes. La protection des sources est pourtant indispensable à une information non soumise aux pressions politiques et économiques, et donc aux libertés de penser, d'opinion et d'expression.

Parallèlement, des affaires locales interrogent les citoyens sur la transparence de l'information sur certains sujets d'intérêt public, par exemple sur des dossiers aussi variés et ramifiés que Notre-Dame-des-Landes ou l'évolution du réseau de transports en commun.

Outre les enjeux locaux, l'attente de transparence et la remise en question de la communication officielle sont croissantes d'une façon générale.

Cette initiative vise donc à enrichir le débat public par une meilleure circulation de l'information en mettant en relation lanceurs d'alertes anonymes et journalistes. Elle sera basée sur le logiciel libre Globaleaks, conçu précisément pour cela et déjà employé par PubLeaks aux Pays-Bas et Source sûre en France. Il avait été présenté par Amaelle Guiton lors d'une conférence avec FAImaison et la Maison de l'Europe à Nantes le 10 juin 2014.

À cet outil seront associées des formations en sécurité des communications électroniques auprès des journalistes locaux.

FAImaison n'est pas directement impliquée mais relaie l'annonce de cette initiative. Si celle-ci parvient à son terme et que la sécurité de l'infrastructure mise en place est faite rigoureusement, elle donnera une toute autre dimension à la liberté de l'information localement et contribuera à la sensibilisation sur la sécurité des communications en ligne. Cette initiative mérite donc d'être suivie de près et une attention particulière devra être portée à la sécurisation de l'outil afin de garantir une protection efficace.

Les journalistes intéressés et les personnes compétentes en sécurité informatique souhaitant aider peuvent contacter les initiateurs du projet à l'adresse hello (at) goleaks (point) org (empreinte PGP : 2D37 00A5 1FD5 1059 81C4 5DDC 5C53 B26F 9DE9 2FB0).

Participez au réseau expérimental de FAImaison

samedi 13 juin 2015

L'association FAImaison expérimente à grande échelle (Nantes et environs) la création d'un réseau sans-fil à longue portée à des fins de partage et fourniture d'accès à internet.

Pour cela, nous recherchons des volontaires, tant pour partager une partie de leur connexion que pour participer au réseau (accès à internet, partage local…).

Vous pouvez désormais manifester votre amour des réseaux en devenir en renseignant votre logis ou tout autre bâtiment amical et volontaire de votre connaissance sur https://wifi.faimaison.net/.

Ce formulaire en ligne vous permet de préciser de quelle manière vous souhaitez participer au réseau, ainsi que votre emplacement et différentes caractéristiques utiles pour placer des antennes wifi chez vous.

L'outil : Wifi-with-me

Ce formulaire fonctionne avec le logiciel libre Wifi-with-me, développé par des membres de FAImaison et d'Illyse.

Les graphismes sont d'Anna Nguyen.

Le code source, en python, est accessible sur GitHub.

Stockage des données personnelles

Les données sont stockées sur une machine virtuelle de l'association hébergée à Paris (TH2) par GIXE.

Une déclaration a été faite à la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), avec le numéro d'enregistrement 1819684.

Réutilisez les données publiques

Les données que les utilisateurs acceptent de rendre publiques figurent sur une carte consultable par tous.

Elles sont aussi disponibles au format GeoJSON sous licence libre ODC-BY 1.0 : c'est une modeste contribution en données ouvertes (Open Data) de ce projet, n'hésitez donc pas à les réutiliser pour des projets géniaux.

« Page 2 / 5 »